En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site.

Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :

  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.

Voir la directive sur la confidentialité.
Afficher les documents RGDP (fr) / GDPR (gb)

frnlendeites

En cette semaine « cap48 », notre choix sur l’artisan de l’athlé du mois de septembre s’est fort logiquement arrêté sur l’étoile montante du sprint bruxellois. On voit désormais de plus en plus Léa Bayekula rouler à vive allure sur les pistes bruxelloises. On vous propose donc de découvrir cet athlète déterminée de 22ans et d’en savoir davantage sur son épreuve du sprint handisport.

 

Léa, comment es-tu arrivé à l’athlétisme ? le

Avant je faisais des shooting de mannequinat, puis j’ai testé le basket en chaise roulante en 2011. Ensuite, j’ai participé à une journée de détection mise en place par la ligue handisport. J’ai directement accroché à l’athlétisme et le sprint en particulier. Depuis 2 ans, je suis bien encadrée dans le club du White Star.

 Qu’est ce qui te plait dans cette discipline ?

J’aime le dépassement de soi, se battre en solitaire pour voir sa propre progression en résultat chiffré me plait énormément.

 Quels sont tes records en sprint et tes objectifs sur ces distances? 

 Sur 100m, j’ai réalisé 20.69 et je voudrais descendre sous les 17 secondes (NDLR 16.68 = podium mondial à Londres)

 En 200m, je détiens désormais le record de Belgique en 38.08. A terme, je pense qu’atteindre 28secondes ou plus rapide est envisageable. Je sens que je peux y arriver. 28.08 fut le chrono de la championne du monde en titre dans ma catégorie

 Tu parles de catégorie, mais tu es dans laquelle ?

 T54, chaque athlète a une catégorie en fonction de son handicap. Pour moi, l’attente fut longue pour obtenir ma classification, mais c’est désormais chose faite !

 Tu affiche clairement ton objectif olympique ; Tokyo 2020 !  Que dois-tu surtout améliorer pour cela ?

 En plus de l’entrainement, bénéficier d’un meilleur fauteuil sera ma plus belle marge de progression.

 Un soutien « crowdfunding » va d’ailleurs contribuer à t’acheter une chaise, comment vois-tu cela ? 

 C’est vraiment magnifique. Un tel soutien me touche énormément et m’encourage réellement à persévérer. Mon club du White Star organise cela pour moi. Cette campagne débutera à l’occasion du challenge Annette Bral le 14/10. Une chaise de compétition coute 12.000€. Ce soutien s’avère donc capital pour la suite de ma progression. En contrepartie il y aura des petits cadeaux…

 Tu apparais aussi dans le clip de la fédération handisport

 Oui et de plus pour l’opération cap 48 j’irai présenter la météo ce mercredi 4/10 à la RTBF !

 Tes performances prometteuses te permettent-elles de bénéficier d’un soutien particulier ?

 La ligue handisport m’aide avec un statut d’aspirant. Grace à cela j’ai un stage avec la ligue et des aides pour des compétitions. Ce fut le cas cette saison au meeting international de Paris. 

 As-tu des Idoles dans le sport ?  J’ai beaucoup d’admiration pour la britannique Hannah Cockroft , même si elle participe dans une autre catégorie que la mienne. Elle compte 10 titres de championne du monde. Sinon Marieke Vervoort que j’ai eu l’occasion de rencontrer durant un entrainement en commun.   lea

 Comment fonctionne tes entrainements ? Je m’entrainais en général 2x par semaine à Woluwe saint Lambert. A présent je suis passé à 4 séances hebdomadaires. J’essaie de combiner cela au mieux avec mes études de graphisme.

 Quels sont tes séances préférées ?

 Honnêtement, je fais volontiers à l’entrainement tout ce qui me permet de progresser ! On commence du travail contre résistance avec un élastique avec mon entraineur, j’espère que ça m’apportera plus de puissance au départ.

 Comment s’organise ton déplacement en compétition ?

 Généralement mon entraineur François Maingain emporte ma chaise vers le meeting. Toutefois ça m’arrive parfois de la déplacer moi-même. J’attache alors ma chaise de compétition à ma chaise classique et je me déplace ainsi et passe à travers tous, même les escalators !

 Comment se porte l’athlétisme handisport dans la région ?

 Ben, en fait, à part Remi (partenaire d’entrainement au white star), je ne connais pas d’autres athlètes à Bruxelles. Je suis d’ailleurs la seule athlète inscrite à la fédé handisport.

 Ce n’est donc pas évident cette gestion de compétition en solitaire ?

 De fait, c’est embêtant pour pouvoir se comparer aux autres. Le chrono est une donnée importante, mais lutter avec des adversaires serait mieux ! Avis aux amatrices !

 Quels sont les faits marquants de ta jeune carrière ?

 Clairement mon record de Belgique sur 200m durant les championnats de Belgique au stade Roi Baudouin. Les championnats handisports étaient organisés en même temps que les valides.

 Sinon pour d’autres raisons, les championnats de France m’ont marqué. J’y prenais part au 400m avec un fauteuil qui n’était pas le mien. J’y ai connu un souci avec mes pieds qui tombaient pendant la course, ce fut donc  catastrophique, mais un bon apprentissage !

 Quel est ton stade préféré ? Assurément le stade Fallon, car c’est mon club et je m’y sens bien J

 As-tu un message à délivrer ?

 Dans la vie, faut oser se lâcher ; ne pas rester chez soi. J’encourage vraiment chacun à essayer plusieurs sports. Il y en a forcément un qui conviendra.

 Et ta devise ?  «  Je puise ma force dans mon passé »

 

C’est ce qui fait avancer Léa, ce qui la fait foncer à toute allure sur la piste.

 N’hésitez donc pas à la soutenir dans sa quête olympique .

 

Pour suivre la carrière de Léa sur sa page facebook 

 Un lien vidéo sur la beauté de l'athlé handisport!  

 

Aller au haut