En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site.

Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :

  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.

Voir la directive sur la confidentialité.
Afficher les documents RGDP (fr) / GDPR (gb)

frnlendeites


Il est bien connu que l’athlétisme est la mère de tous les sports. Apprendre à courir sauter et lancer enrichit le bagage moteur de ses pratiquants. Apprendre à poser des appuis solides au sol sera profitable pour n’importe quel sport ! 
A l’instar nos bobsleigheuses olympiques qui viennent de notre sport, nous tenions à vous présenter le parcours atypique d’un ex athlète bruxellois ayant connu une reconversion plutôt réussie ! 

Djihed Naga vient de participer aux championnats d’Europe senior d’haltérophilie. Ce nom vous est il familier ? Pour nous oui, car ce petit bonhomme d’1m70 faisait encore de l’athlé à l’Excelsior jusqu’en 2011.


« J’ai commencé en cadet où je faisais d’abord de la perche avec monsieur Houben, puis du sprint (11.41) et de la longueur (6m95).
Ma dernière compétition date de 2011 avec le titre national en interclubs. Depuis lors je me suis spécialisé en haltéro avec pour objectif d’atteindre le niveau international ». Paris réussi depuis cette participation !  « Je suis venu à cette épreuve de force via JM Garin avec qui je m’entrainais en longueur. Il m’y a initié avec Philippe DePauw dans le but de sauter plus loin. J’y ai pris gout et j’ai combiné quelques temps les 2 disciplines. En halterophilie, ma taille devient un avantage vu qu’il y a des catégories de poids. Ce qui n’était pas le cas en athlé, où les sauteurs sont plutôt grands ! Pourtant dans ma catégorie de moins de 69kg…je suis un peu trop grand, quelle histoire ! Et dire que je ne pesais que 61kg quand j’étais athlète. 
C’est d’ailleurs une des grosses différences avec l’athlé cette gestion du poids. Ici aux Europe j’ai du perdre du poids en peut de temps et ça te coute de l’énergie pour la compétition. Je dois encore apprendre à gérer cela au mieux
».


« Les entrainements sont différents qu’en athlé même si les qualités physiques sont similaires qu’en sprint. Il faut beaucoup répéter à des intensités très élevés pour progresser. En un mouvement tu dois exprimer un maximum de puissance.
Je suis persuadé que ça aiderai beaucoup les athlètes d’en faire régulièrement. Ça procure une puissance phénoménale à l’impulsion dans un saut ou en sortant des bloques de départ. Je ne peux que conseiller aux athlètes de s’y exercer souvent, progression garantie sur la piste !  Je fais toujours aussi un peu de pliométrie, mais de manière plus spécifique à mon sport
(cfr video) . Les sauts en athlé m’ont bien aidé dans ce domaine ».

« Je ne cours plus pour l’instant, mais sincèrement, je pense que je serais devenu monstrueux sur 60m grâce à la puissance acquise en haltero. Par contre sur 100m, ça devient long et le manque de spécifique se paierait cash". 

"En saut en longueur sans élan, je faisais à l’époque 2m70, désormais je saute plus de 3m. Je le dois surement à mes 200kg en squat complet (pour 90 à l’époque) »

As-tu l’impression que l’athlé t’aide dans ta pratique de l’haltero ?
« Certainement. Il y a cette concentration similaire, puis le choix de la barre est comparable au saut à la perche. Dans les 2 cas, il faut bien choisir sa barre (hauteur ou en poids) et il n’y a que 3 essais dans chaque mouvement pour claquer une perf (arraché et épaulé)!

Je dois bien avoué que l’athlé me manque un peu, surtout de pouvoir s’entrainer à l’extérieur. Les sports de force sont toujours en salle et c’est frustrant quand il fait beau ! Mais au moins on a l’assurance de pouvoir tout le temps s’entrainer. Après ma carrière de haut niveau, ça me plairait de regouter aux sensations de légèreté que procure la course. Pour l’instant l’haltérophilie me plait énormément et j’ai encore beaucoup d’objectifs à atteindre comme les mondiaux ! »


« Mon coach Daniel Nsegna connaît bien l’athlé aussi. Il vient du Cameroun où il s’est occupé notamment de la championne olympique du triple Françoise Mbango. Au Cameroun, l’haltéro est populaire, malheureusement pas trop chez nous. Daniel m’apporte énormément et fait avancer ce sport dans notre pays ».

Djihed estime qu’un bon sprinteur devrait être capable de soulever 3x son poids de corps en arraché et 20kg de plus en épaulé. A titre de comparaison, il soulève dans l’ordre 125 et 145kg, soit il arrache 57kg de plus que son poids de corps ! Avec ça, il y aurait de quoi arracher aussi du tartan…

Pour suivre son parcours : son site personnel et celui de son club à Bruxelles

FX

Aller au haut