En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site.

Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :

  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.

Voir la directive sur la confidentialité.
Afficher les documents RGDP (fr) / GDPR (gb)

frnlendeites

Image1 Léo (à gauche) avec Fred Xhonneux, Greg Vervloet et M. Houben !

 

© DR

Sans entraineurs, il n’y a pas d’athlètes. Ce constat semble évident. Pourtant, certains ne prennent pas le temps de remercier – assez – leurs mentors. A contrario, il est parfois difficile de trouver des entraineurs prêts à s’impliquer pour leur groupe, à être dévoué, à se rendre quatre à cinq fois par semaine sur un stade sans compter les nombreux week-ends de compétitions. Il y a également ce rôle de garant, de parrain en quelque sorte auprès de leurs protégés : veiller à une bonne alimentation, le sommeil (la récupération fait partie intégrante de l’entrainement !), à être bien dans sa tête et dans son corps. Des détails parfois délaissés, mais ô combien importants.

Devenir entraîneur n’est pas donné à tout le monde. Généralement, c’est la suite logique d’une carrière d’athlète d’enseigner et de partager, transmettre son expérience acquise au fil des années.

Pourtant, la plupart des clubs d’athlétisme de la Région Bruxelloise connaisse un manque inquiétant d’entraineurs. Certains connaissent même une pénurie de telle sorte que les clubs doivent revoir fondamentalement leur organisation pour assurer leurs activités d’encadrement des jeunes. L’athlétisme a été mis sous le feu des projecteurs avec les derniers championnats d’Europe de Berlin, ce qui a suscité pas mal de nouvelles inscriptions. Certains clubs ont du mal à faire face à ces nouveaux arrivants.

A Bruxelles, tout le monde connait – de près ou de loin – Léo, personnage emblématique de l’Excelsior mais surtout du paysage de la capitale. Officiellement licencié le 30 novembre 1972, c’est déjà dans les années 50 qu’il a commencé l’athlétisme, en tant qu’athlète. Pour l’anecdote, il n’a pas hésité à s'aligner sur un 10.000m lors d’un Interclub où l’Excelsior était en difficulté et le moindre point était essentiel pour le maintien. Un interclub contre le DCLA qui disposait d'une grosse armada dans les disciplines de fond avec notamment Roelants, Puttemans, Polleunis. Rien que ça. Certes, Léo s’est fait prendre quelques tours, mais a décroché des précieux points pour l’équipe. 

Une carrière de marin – pendant laquelle il a rencontré sa femme – puis chauffeur de bus De Lijn avant de devenir l’entraineur que l’on connait.

Il avait un rôle d’entraineur mais surtout, d’éducateur ! Toujours présent, tout l’année, par tous les temps, avec toujours autant d’enthousiasme. Toujours à l’écoute, à la recherche de nouveaux talents ou potentiels, avec un amour irrésistible pour le saut à la perche.

Depuis 44 ans, il a œuvré comme officiel, sur les stades, à ramasser les javelots ou les nombreux disques jetés. Un brevet obtenu en 1974. Mais ce sont aussi les déchets qu'il ramassait, voulant un stade tout propre au point que la buvette devait fermer et qu'il se retrouvait enfermé dans le petit stade !

Léo était infatigable, il voyageait partout à Bruxelles et en connaissait les moindres recoins. Mais le temps passe, la fatigue se fait ressentir et en cette fin d’année 2018, après avoir soufflé ses 88 bougies (le 21 novembre), il a décidé de définitivement faire un pas sur le côté.


Dans cet article, on peut souligner plusieurs points qui font de Léo un modèle, un exemple à suivre :

  1. Son esprit d’équipe: perchiste, il n’hésite pas à s’aligner sur un 10.000m en Interclubs pour récolter des précieux points afin de permettre à son club de se maintenir dans leur division;
  2. Son dévouement : ancien athlète, il est rapidement devenu entraineur pour transmettre son expérience et former les jeunes;
  3. Sa contribution : il n’a pas hésité à passer son brevet en tant qu’officiel pour donner un coup de main en compétition et à aider les clubs bruxellois;
  4. Son écologie : il ramassait le moindre déchets qui trainait sur un stade, un geste si simple.

Léo est toujours là, bien vivant, mais créera un manque, un vide pour tous.

 

L’entraîneur joue un rôle capital dans le développement de l’athlète. Il est celui qui aide l’athlète à progresser tout au long de son cheminement. Il va l’aider à préparer les compétitions et il va lui offrir son soutien le jour où il devra offrir sa meilleure performance. L’entraîneur peut avoir un rôle de mentor auprès de l’athlète qu’il va guider par son expérience. Être entraîneur est une grande responsabilité et il ne faut jamais sous-estimer l’impact de nos paroles ou de nos gestes sur les athlètes.

 

Article à lire dans la Capitale

 

Ce constat se fait également sentir dans les autres provinces de Belgique, notamment dans le Luxembourg. Bénévoles, personnes qui s’investissent dans les clubs, la demande est criante. 

 

IMAGE 2018 12 04 01

Crédit Photo : Fabienne NICOLAS

Un quatrième championnat en seize mois ! Du haut de ses 19 ans (presque 20), Mathilde Deswaef est devenue l’une des fers-de-lance du demi-fond belge dans sa catégorie. L’Euro U20 à Grosseto sur 1500m, l’Euro de cross à Šamorín, les Mondiaux U20 sur 1500m et maintenant, l’Euro de cross à Tilburg. Dimanche, à Roulers, l’athlète du White Star s’est imposée sur la course junior et a donc décroché sa qualification pour participer à ce championnat d’Europe de cross-country. Rencontre avec Mathilde, à douze jours du rendez-vous européen.

Mathilde, j’imagine que tu es contente de cette sélection ?

« Oui, je suis évidemment super contente, mais on s’y attendait. Après la course de Mol, avec mon coach - Abdel Sihammane, on savait que ça allait bien se passer. Mais la course ne s’est pas totalement déroulée comme je l’avais imaginée… A Mol, j’étais tombée au départ, c’était parti super vite avec toutes les séniors. J’étais stressée de faire la même erreur donc je suis partie prudemment, mais je me suis retrouvée en queue de peloton. C’était compliqué, j’ai dû commencer mon accélération dès le début. Mais je’ n’ai pas paniqué, je savais que j’avais de bonnes jambes, que j’étais bien entrainé. C’était une distance plus courte par rapport à Mol (4350m pour 5500m). Finalement, tout s’est bien fini. »

Tu as l’air en forme, avec une victoire lors de la Cross Cup de Mol puis de Roulers. La douleur au pied de Tampere n’est plus qu’un mauvais souvenir ?

« Non je n’ai plus de douleurs. Tampere a quand même gâché pas mal de choses… Je savais que j’avais le potentiel de mieux faire. A la reprise des entrainements, je sentais encore une gêne mais à présent, je n’ai plus de séquelles. »

Quelles sont tes ambitions à Tilburg, mieux que ta 61e place de l’an dernier ?

« Oui évidemment. Je vais partir avec un esprit positif. Lors de chaque championnat, je me suis mis trop de pression, l’envie de bien faire. Je prends tellement de plaisir sur les manches des Cross Cup qu’il n’y a pas de raison de ne pas en profiter autant à Tilburg. Je sais que je peux mieux faire. »

Le départ sera important…

« Il faudra partir vite ! Mais le départ me fait un peu peur… J’ai du mal à comprendre cet engouement de partir si vitre sur 100m alors qu'après, on a quand même quelques kilomètres à parcourir. J’ai essayé à Mol… et je suis tombée ! (rires) A Roulers, je prends un départ prudent et je me retrouve tout derrière, enfermée. Bon, pour la prochaine, il faudra trouver un juste milieu. »

Au niveau de la délégation, vous n’êtes que deux juniors, ce veut dire pas d’équipe…

« Katinka (Bassleer) n’était pas si loin à Roulers, à cinq secondes. A Mol, elle avait fait un bon cross également, l’an passé elle termine vice-championne de Belgique U20 sur 5000m. Elle méritait sa sélection. De plus, une équipe permet de faire diminuer le stress, tu te dis que tu cours pour le groupe, il y a un esprit d’équipe. »

C’est ton quatrième championnat en seize mois, tout va vite ! Il y a toujours un sentiment particulier en portant le maillot belge par rapport à ta première sélection ?

« Il y a toujours ce même sentiment de fierté de courir pour la Belgique. En championnat, on côtoie toutes les autres délégations. C’est stressant mais il y a aussi de l’excitation. C’est une chance de pouvoir courir aux côtés des meilleures. »

Ces sélections internationales, c’est une motivation supplémentaire dans tes entrainements ?

« Au début, c’est vrai que l’athlétisme était un hobby, j’aimais bien courir. Puis, ma progression a été progressive, j’avais de nouveaux objectifs à chaque fois. Au final, tant que je progresse, je me donne à fond, c’est toujours un plaisir. Chaque année, il y a des enjeux différents, ça demande encore plus de sérieux. Mais on a un chouette groupe d’entrainement, on se marre bien ! »

Dernière question, tu as reçu le mérite sportif de la ville de Woluwe ce dimanche, c’est une fierté d’être primée par la ville de ton club ?

« Oui c’est super chouette, c’était la première fois. C’est super que mon club – le White Star – ait proposé ma candidature pour ce prix. C’était une super soirée, il y avait plein d’autres sportifs de différents sports. Avec mon coach, on s’entraine dur, et on voit que ça ne passe pas inaperçu pour la commune, elle nous encourage. »

 

Mathilde entrera en action le 09 décembre sous le coup de 10h45 ! Infos

 

46463189 341418193309955 1539442950356860928 n

© NL

Un chiffre record pour le cross de Nivelles ! Avec 636 participants, le club du CABW explose sa précédente marque, « qui était d’un peu plus de 500 participants. » Pour Noel Leveque, président du club local, il s’agit d’un beau succès.

« Il y a eu beaucoup de monde, ça c’est clair ! Les conditions climatiques ont attiré de nombreux coureurs malgré que des blocages sur les routes étaient annoncés ainsi que la concurrence du cross de La Louvière le lendemain, qui prend quand même une bonne partie des clubs du Hainaut. On s’attendait donc à moins de participants mais en définitive, on a battu notre record », se réjouit un président heureux.

Beaucoup de locaux – certes – mais les clubs bruxellois ont également fait le déplacement :

-          Le RIAAC : 26 athlètes

-          Le White Star : 23 athlètes

-          La Forestoise : 6 athlètes

-          L’Excelsior : 5 athlètes

Parmi ces soixante athlètes, on retiendra la victoire du jeune benjamin de Forest, Simon Deprez, qui s’impose au terme des 700m de course dans un temps de 3min13. Sur 54 participants, c’est une belle victoire pour ce petit athlète de 8 ans.

Chez les plus grands, Louise Hayez/WS, de retour de blessure, commence à retrouver sa forme et son niveau. « Ce n’est pas encore parfait, mais ça commence, ça va de mieux en mieux. » Elle s’impose sur le cross court, dans un temps de 6min37 pour 1700m. Marine  Lecart, sous ses nouvelles  couleurs du White Star, termine au pied du podium devant l'athlète de l'Excelsior Dumitrita  Tcacenco

Belle victoire également de Martin D'adesky/WS chez les juniors, qui s’impose devant une armada d’athlètes du CABW ! Il boucle le parcours des 7100m en 24min46.

Prochaine échéance en cross, le cross de Vilvoorde samedi 24 novembre suivi de la Cross Cup de Roulers le dimanche, manche qualificative pour l’Euro de cross. On y verra en action notamment Mathilde Deswaef ou encore Camille Muls.

 

Résultats complets

 

 

Deswaef

© NL

Samedi, c’était à Vilvoorde que les amateurs des labourés se sont donné rendez-vous. Le lendemain – pour les plus expérimentés – il fallait rouler de Bruxelles jusque Roulers, pour la troisième manche de la Cross Cup. Le cross est une excellente école pour les jeunes. Sous la pluie, le vent et le froid, les plus jeunes se forgent un mental.

Commençons avec le cross de Vilvoorde, organisé par le Sparta. Les clubs bruxellois étaient une nouvelle fois bien représentés :

-          Excelsior : 20 athlètes ;

-          CSF : 9 athlètes ;

-          White-Star : 7 athlètes ;

-          RCB : 5 athlètes ;

-          RCAS : 1 athlète.

On notera la belle performance de la benjamine première année de l’Excelsior Camille Schroeven, qui s’impose sur le 1000m, bouclant le parcours dans un temps de 4min23, après avoir mené toutes la course en tête. Dans cette même course, l’athlète du White Star Maeva Strypstein termine à la cinquième place. En pupilles, Camila De Lannoy/RCB termine cinquième, bouclant son kilomètre en 4min04, à cinq secondes du podium. Egalement du Racing de Bruxelles, Nour Benkhabecheche s’impose chez les cadettes, bouclant le parcours de 2470m en 9min29, avec 12 secondes d’avance ( !) sur sa première dauphine. Sa petite sœur, Mona, termine septième en pupille.

Chez les scolaires, Thibault Lelievre/WS monte sur la troisième marche du podium (15min26 sur 4410m), devançant Reda Lafnachi/RESC, cinquième en 15min39 alors que chez les seniors hommes,

Belle délégation du côté de Forest également, avec neuf athlètes et de la qualité ! Arthur Dhont se classe deuxième chez les benjamins (3min59 sur 1000m), Benjamin Merveille termine 13e sur le cross sénior (28min26 pour 8350m), Ulysse Lenoir termine 6e en junior (22min23 sur 6480m) et Catherine Bourgeat se hisse à la cinquième position chez les masters !

 

Résultats complets

 

Du côté de Roulers

A plus de 100km de Bruxelles, Roulers accueillait la dernière manche de la Cross Cup de cette année 2018. L’enjeu était de taille, avec pour certain un goût international puisque c’est ici que se distribuent les tickets pour les championnats d’Europe de cross. Ils étaient 21 bruxellois sur la ligne de départ :

-          WS : 10 athlètes ;

-          Excelsior : 5 athlètes ;

-          CSF : 2 athlètes :

-          RCAS : 3 athlètes ;

-          RCB : 1 athlète.

Les jeunes ont ouvert le bal, avec directement une belle victoire de la jeune pupille du White Star Eline Servais. Elle s’impose sur le parcours roularien devant 38 concurrentes de son âge. Quelques temps plus tard, c’est le jeune Elliot Vermeulen qui monte sur la plus haute marche du podium en minime garçons. Encore une belle victoire pour les étoilés !

Du côté des scolaires, Harry Clark/WS termine 28e alors que Marine Joblin/RESC ne sera pas parvenue à dompter le froid.

Chez les séniors, Marta Alexandra Chylinski/RCAS termine à une belle 21e place, dans une course où la concurrence était rude. « C’était dur, mais c’est une très bonne préparation pour la suite de la saison. » Kim Ruell/RESC quant à lui – tout juste papa – aura connu une course difficile et termine 22e.

Sur le cross court, belle prestation de Pierre-Antoine Balhan, qui monte sur la troisième marche du podium derrière deux ténors de l’athlétisme belge, à savoir PJ Hannes et Ismael Debjani ! Dans cette même course, Simon Petitjean/RESC termine 15e, Thibault Larpin/WS 27e, Maxime Valet/RCAS 48e, Jawad Hsaine/WS 60e et Hamza Touil/WS 64e.

Chez les juniors, grosse performance de Mathilde Deswaef/WS qui s’impose ( !) chez les juniors et empoche son ticket pour les Championnats d’Europe de cross, qui auront lieu à Tilburg le 09 décembre prochaine ! Camille Muls/RESC et Mélanie Bovy/W terminent respectivement 7 et 8e. Côté masculin, Martin D’adesky/WS – après sa victoire à Nivelles le week-end dernier – prend une 21e place alors que Walid Bouagfa/RCAS termine 37e.

Notons également la deuxième place de Jean-Charles Byl/WS 2e (premier en M40), la 59e place de Hassoute El Moustapha/CSF, 78e place pour David De Dapper/CSF et enfin, la 83e place d’Yvan Ody, le doyen de l’athlé bruxellois qui – a 75 ans – prend toujours autant de plaisir sur les pistes mais également sur les parcours de cross. Un bel exemple pour la jeunesse !

 

Résultats complets

 

COIB

 

© BELGA

Une délégation de cinquante athlètes belges a quitté samedi la Belgique pour rejoindre le Club La Santa à Lanzarote aux Îles Canaries pour le traditionnel stage annuel organisé par le Comité Olympique et Interfédéral Belge (COIB). Tous les athlètes s'y prépareront en vue des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020.


Pas moins de onze sports seront rassemblés du 10 au 24 novembre à Lanzarote: l'athlétisme, la gymnastique, le judo, le kayak, le tir aux clays, l'aviron, le tennis, le triathlon, le cyclisme, la natation et la voile. L'accent sera placé sur le sport, l'entraînement et le teambuilding. Parmi les athlètes se trouvent Emma Plasschaert, championne du monde de voile, les relais 4x400 mètres féminin et masculin ou encore Tim Brys, Niels Van Zandweghe et Dirk Van Tichelt. Grands absents, Nafissatou Thiam, qui a des obligations universitaire ou encore le marathonien Koen Naert.

Ils seront accompagnés par des coaches, experts de haut niveau et membres du COIB. "C'est essentiel pour l'esprit d'équipe du Team Belgium que les athlètes de différents sports fassent des stages ensemble", a déclaré Philippe Vander Putten, CEO du COIB. "Les athlètes et leurs coaches trouvent ça aussi important. La preuve, cette année, plus de 50 sportifs issus de 11 sports ont répondu positivement à notre invitation au stage à Lanzarote."

Côté bruxellois, on retrouve la hurdleuse Anne Zagré - en pleine repreise - et évidemment la famille Borlée - fer de lance des Belgian Tornados. Chez les Cheetahs, Camille Laus et Hanne Claes sont également du voyage. N'hésitez pas à suivre Camille sur les réseaux sociaux pour être au courant de ses derniers programmes d'entrainement.

Article La DH 

Article Le Soir 

 

Aller au haut